La Wallonie

PNG - 11.4 ko

La Wallonie s’est résolument engagée sur la voie du développement durable à travers le PM2.vert, et en particulier la mise en œuvre de l’Alliance Emploi-Environnement. C’est dans ce cadre qu’elle est à l’initiative du projet de la maison de l’habitat durable.

L’objectif de cette politique est de faire de l’environnement une opportunité économique et de création d’emplois. Centrée sur la construction et la rénovation durable, cette première Alliance Emploi-Environnement vise à améliorer l’environnement en réduisant la facture énergétique des citoyens et en créant de l’emploi. Les priorités de cette première Alliance sont l’isolation et la performance énergétique des bâtiments.

Concrètement, la Wallonie s’engage sur trois fronts :
A. Stimuler la demande de rénovation et de construction durable de bâtiments privés et publics.
B. Renforcer l’offre et les capacités du secteur de la construction.
C. Développer les compétences pour un vaste programme de formation.

A. Stimuler la demande avec 3 priorités :

1. La mise en place d’incitants :

  • Pour les particuliers, il s’agit d’éviter le parcours du combattant quand on veut construire ou rénover vert. Des « guichets uniques » sont à leur disposition pour les accompagner dans leurs démarches. Les particuliers bénéficient d’un écopack, c’est-à-dire un financement avantageux de bouquets de travaux, financement composé d’un prêt sans intérêt et des primes directement déduites du prêt. (Cf. Fiche Ecopack)
  • Pour les entreprises, différentes mesures concrètes sont proposées. Parmi celles-ci, la création d’un label pour inciter les PME à réduire leur impact environnemental et d’une garantie publique pour faciliter l’accès au crédit bancaire des PME qui se lancent dans des investissements économiseurs d’énergie. Les commerçants bénéficient d’un mécanisme de tiers investisseur ciblé sur l’éclairage (qui représente 80 % de leur facture d’électricité).

2. Le lancement de chantiers publics :

  • Le secteur public montre l’exemple, avec notamment le lancement de grands chantiers publics qui ciblent les logements publics, les écoles, les locaux communaux, le secteur associatif et les bâtiments régionaux :
    • Concernant les logements, il est prévu d’en créer 7.000 et d’en rénover 10.000 autres, via le programme PIVERT (Cf. Fiche Pivert).
    • Concernant les écoles, un investissement de 72 millions d’euros est prévu. 24 millions seront alloués au secteur associatif et aux locaux communaux, via le programme UREBA.

3. La fixation de paliers progressifs de performance pour les nouveaux chantiers et les bâtiments existants.

B. Renforcer l’offre avec 6 priorités :

1. Un accompagnement spécifique des entreprises en organisant des tables rondes sur les métiers de l’Alliance Emploi-Environnement, la création de clubs d’entrepreneurs de la construction durable associant des entreprises classiques et des entreprises de l’économie sociale ainsi que des programmes de sensibilisation et de vulgarisation.
2. Le Greenwin (6e pôle de compétitivité) qui comporte trois volets : recherche, formation et investissement.
3. La création d’un label pour les entreprises de la construction :
Label évolutif à 4 étoiles qui sera appliqué aux activités relatives à la gestion, la réalisation et le suivi du chantier.
4. Le lancement d’un appel à projets « écomatériaux » qui a pour objectif de multiplier et de renforcer les producteurs de matériaux durables en Wallonie.
5. Le soutien de la R&D avec Greenomat (pour soutenir la recherche industrielle dans le domaine de l’ingénierie industrielle des procédés et dans la mise en œuvre de matériaux) et Erable (pour soutenir la recherche en efficacité énergétique et en énergies renouvelables).
6. L’octroi de 50 emplois APE (aides à l’emploi) pour aider les entreprises à élaborer leurs stratégies de transition vers l’éco-construction et dégager du temps pour mettre en œuvre cette stratégie.

C. Développer les compétences grâce à des formations vertes :

De multiples métiers sont concernés par l’Alliance Emploi-Environnement. Cela va de l’architecte au plafonneur en passant par l’ouvrier environnementaliste, le contrôleur de climatisation, le maçon, le carreleur, le menuisier ou encore l’électricien.
4 publics sont visés :

  • Les demandeurs d’emploi bénéficieront de plus de 2.000.000 d’heures de formation dans les métiers de l’Alliance Emploi-Environnement.
  • Les élèves et étudiants seront également bénéficiaires de cycles de formations aux métiers verts.
  • Les travailleurs recevront 170.000 chèques formations étudiés pour correspondre aux métiers de l’Alliance Emploi-Environnement.
  • Les formateurs et enseignants recevront des formations de recyclage incluant des aspects verts et le contact entre enseignants et formateurs sera renforcé.

Au total, l’Alliance Emploi-Environnement, ce sont plus de 50 mesures pour améliorer la performance énergétique des bâtiments wallons et 40 partenaires qui s’engagent : Syndicats, Fédérations professionnelles, Secteur associatif, Administrations et OIP.

Le budget consacré à cette première Alliance est de 1 milliard d’euros. Plusieurs milliers d’emplois seront créés/maintenus dans le secteur de la construction durable.


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos connaissances


Dans la même rubrique :
La Wallonie
La Wallonie s’est résolument engagée sur la voie du développement durable à travers le PM2.vert, et en particulier la mise en œuvre de l’Alliance (...)
Le FLW
Le Fonds du logement des familles nombreuses de Wallonie (FLW) est un des pères fondateurs de la maison de l’habitat durable. Objectifs et missions (...)
La SWCS
La Société wallonne du crédit social (SWCS) est un des pères fondateurs de la maison de l’habitat durable. Objectifs et missions générales : La Société (...)
Espace Environnement
Espace Environnement est un des pères fondateurs de la maison de l’habitat durable. Objectifs et missions générales : Espace Environnement est un (...)