Accueil > redaction_newsletter > la mhd vous informe - 008 > Peintures... vers plus de naturel ?

Peintures... vers plus de naturel ?

Les peintures diffèrent dans leurs propriétés, leurs aspects, et leurs utilisations, à chaque peinture, sa recette !

Mais une peinture, c’est quoi ?

Quel que soit le type de peinture, elle se présente d’abord sous forme de préparation liquide ou aqueuse, doit ensuite pouvoir être étalée, sécher et durcir, en donnant une fine pellicule qui protège, recouvre et décore le support. Une peinture est donc principalement composée de liants, de pigments, d’adjuvants ou additifs et de solvants. Tous ces ingrédients peuvent être naturels (dans les peintures « naturelles ») ou à l’inverse fabriqués (pétro-)chimiquement (dans les peintures « classiques »).

Les liants (non volatils) ont pour rôle de lier, de coller les grains entre eux et sur le support. Sans eux, pas de peinture. Par exemple, ce peut être une résine naturelle de conifère, une huile végétale, de l’argile, la chaux, la caséine pour une peinture naturelle. Dans une peinture classique, on retrouve des composés de résine synthétique, acrylique, vinylique…

Les pigments ont pour rôle de conférer la couleur et l’opacité à la peinture. On parle de charge colorante. Plus la charge est importante, plus la peinture sera opaque et aura un pouvoir couvrant. Dans les peintures classiques, les pigments sont souvent issus de la pétrochimie ou à base de métaux lourds (zinc, plomb…). On trouve aussi des pigments naturels soit minéraux (ex. : terres naturelles non transformées chimiquement mais offrant une palette de couleurs restreinte) soit organiques (ex. : Valériane).

Les additifs ou adjuvants sont des produits ajoutés à une peinture pour en modifier les propriétés. Par exemple, les siccatifs pour accélérer le séchage, les hydrofuges pour mieux résister à l’humidité, les fongicides pour lutter contre les moisissures, les antirouilles, les anti-UV, les conservateurs… Dans certaines peintures naturelles, on retrouve de l’huile de lin, du sel d’alun ou de la lécithine de soja.

Les solvants (eau et composés organiques volatils) maintiennent le liant et les pigments à l’état liquide. Ils ont la propriété de s’évaporer (plus ou moins rapidement) à température ambiante et sont donc utilisés pour assurer le séchage de la peinture sur la surface. Exemples de solvants organiques naturels (térébenthine, alcool, terpènes d’agrumes,…). COV issus de la pétrochimie : benzène, toluène, xylène, formaldéhyde…Remarque : toute odeur est un COV, mais tous les COV n’ont pas d’odeur. Les COV s’évaporent rapidement et pendant un certain temps après application.

Dangers des peintures classiques

Quand on parle de pollution intérieure, on parle de ce qu’on utilise à l’intérieur de son habitation (produits d’entretien, désodorisants, pesticides..) mais aussi des matériaux utilisés dans son habitation. Ceux-ci peuvent être également des facteurs de pollution. Et la peinture en fait partie ! Le choix n’est donc pas anodin…

Une peinture classique peut contenir des métaux lourds , de nombreux additifs (fixateurs, fongicides, anti-UV, dispersants, ignifuges…) et dégager une forte teneur en COV (composés organiques volatils) entrant dans la composition des solvants (white spirit, éther de glycol). Tous ces produits peuvent avoir des effets néfastes sur la santé et/ou sur l’environnement. Ils peuvent pénétrer le corps par ingestion (lorsqu’on manipule un objet qu’on porte à la bouche avec des mains sales par exemple), par inhalation (pendant mais également après application) ou par contact cutané.

Par exemple, certains COV sont cancérogènes (peuvent provoquer ou favoriser l’apparition d’un cancer), mutagènes (peuvent entraîner une ou plusieurs mutations dans le patrimoine génétique héréditaire) et/ ou toxiques pour la reproduction (peuvent altérer la fertilité de l’homme ou de la femme et/ou causer des malformations chez le fœtus).

Lorsqu’ils s’évaporent à température ambiante, nous les respirons et différents effets sur notre santé peuvent se manifester :
- risque d’inconfort (odeurs) ;
- irritations de la peau et des muqueuses, nausées, vertiges, maux de tête ;
- troubles hépatiques, coma… (à fortes doses ou à faibles doses répétées) ;
- perturbations endocriniennes…

Attention, si les peintures naturelles présentent peu ou pas de dangers pour la santé, certains solvants naturels parfois utilisés (essence de pin, d’agrumes…) peuvent être irritants ou allergisants !

Peintures classiques : à l’huile ou à l’eau ?

Les peintures classiques sont de deux types : les peintures à l’huile et les peintures à l’eau. Une peinture « à l’eau » n’est pas forcément moins nocive…
- Les peintures synthétiques à l’huile sont des résines plastiques. Il faut donc des solvants organiques de synthèse (nocifs) pour les diluer. Ces solvants s’évaporent et laissent le film plastique solidifié. Solvants organiques de synthèse utilisés : white-spirit, toluène, xylène, alcools...
- Les peintures à l’eau (acryliques ou latex) sont aussi des résines plastiques. On dilue la peinture et on nettoie les pinceaux avec de l’eau, ce qui laisse penser que le produit est inoffensif. Or, si l’eau est utilisée comme solvant principal pour ces peintures, il faut également entre 5 à 20 % de co-solvants (alcools ou éthers de glycol) pour lier les matières plastiques à l’eau. Par ailleurs, on ajoute divers additifs de conservation (pesticides, formaldéhydes…) à ces peintures pour ne pas qu’elles moisissent.

Les alternatives aux peintures classiques ?

On peut :
- éviter de peindre : laisser la surface brute ou réaliser un enduit de terre ou de chaux coloré ou non dans la masse ;

JPEG - 42.5 ko


- favoriser l’achat de peintures écologiques (label qui garantit l’emploi d’ingrédients respectueux de l’environnement et/ou la santé) ;
- privilégier les peintures sans pictogramme de danger ;
- penser à créer ses propres peintures écologiques (peintures à la caséine, à la chaux, à l’argile…). Ce qui reste au final sur le mur, ce sont des substances naturelles totalement inoffensives. C’est encore la solution la moins chère et vous saurez ce que vous y aurez mis ! Ce n’est pas si compliqué une fois qu’on a les bons tuyaux.

Derniers conseils

Une de ces alternatives aux peintures classiques est à privilégier pour les principales pièces de vie (chambres, séjour).
Attention, pour la future chambre de bébé, de ne pas s’y prendre en dernière minute et surtout éviter que ce soit la future maman qui se charge des travaux !
Par ailleurs, veillez à toujours renouveler l’air pendant et après les travaux.

Si vous avez peur de vous lancer dans la réalisation de peintures naturelles, vous pouvez toujours commencer par une petite pièce à titre d’essai.

Avant toute application de peinture, il faut vérifier que la peinture est adaptée au support et le support bien préparé.

Enfin, sachez (pour rappel) que les Petits déchets dangereux (PDD) ou Petits déchets chimiques (dont seringues, lampes au néon, détergents, cosmétiques, peintures et vernis, huiles usagées, pesticides, etc.) sont nocifs pour la santé et l’environnement. Leur élimination est donc légiférée et ils font l’objet d’une collecte spécifique. Vérifiez donc toujours la composition de votre peinture et déposez vos fonds de peinture usagés ainsi que les solvants ayant servi à nettoyer les pinceaux et leurs contenants au parc à conteneurs près de chez vous. Les produits dangereux ne peuvent pas être déversés dans l’évier ! Dans le doute concernant votre peinture, rendez-vous au parc à conteneurs !

Pour aller plus loin

- Article d’Ecoconso sur les peintures naturelles.
- Exemple de label : Écolabel européen : Selon le règlement actuel, les objectifs de La Fleur sont de réduire l’incidence négative de la consommation et de la production sur l’environnement, la santé, le climat et les ressources naturelles.
- Santé et Habitat : infos sur les polluants chimiques dans la maison.
- Site de l’IBGE qui guide le particulier pour éviter la présence de polluants intérieurs.
- Infos du Portail belgium.be concernant le tri des déchets à la maison.

Quelques références pour fabriquer soi-même ses peintures naturelles :
- Peindre et décorer au naturel, Nathalie Boisseau – Éd. Alternatives
- Peindre sa maison avec des couleurs naturelles, Iris ViaGardini – Éd. Eyrolles


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos connaissances


Dans la même rubrique :
Peintures... vers plus de naturel ?
Les peintures diffèrent dans leurs propriétés, leurs aspects, et leurs utilisations, à chaque peinture, sa recette ! Mais une peinture, c’est quoi ? Quel que (...)
Avancement du chantier
Voilà un petit temps que nous ne vous avions plus parlé de l’avancée du chantier à la rue de Marcinelle. Est-il terminé ? C’est pour bientôt ! En tout cas, comme (...)
Les nouvelles primes à l’isolation
Les primes wallonnes à l’isolation, suspendues en janvier, ont maintenant un nouveau look… Plus de surprime pour les éco-matériaux mais des primes ajustées en (...)
1001 façons de sensibiliser à l’éco-habitat !
Le Forum des Bâtisseurs est un rendez-vous annuel organisé par Nature & Progrès destiné aux citoyens qui désirent faire évoluer nos manières d’habiter, de (...)
Le chanvre en Wallonie
Ah le chanvre ! Il y a tellement de choses à dire sur cette plante, dont les premières utilisations remonteraient au Néolithique (+/- 8000 ans av. J.-C.). (...)