Accueil > redaction_newsletter > la mhd vous informe - 001 > Portes ouvertes ou fermées, il y en a pour tous les goûts !

Portes ouvertes ou fermées, il y en a pour tous les goûts !

Dans le cadre des Portes Ouvertes Écobâtisseurs, organisées par Ecoconso, la maison de l’habitat durable a eu l’occasion de rendre visite à Françoise Jadoul (biologiste dans l’équipe « Santé et Habitat » chez Espace Environnement).

Il y a 7 ans, avec l’objectif d’un habitat durable en tête, Françoise et son compagnon s’imaginaient plutôt rénover. Mais les circonstances les ont amenés à construire une maison basse énergie sur un terrain familial à Ittre. Malgré la difficulté de construire sur un terrain en forte pente, l’architecte a réussi à bien intégrer le bâtiment dans le terrain, moyennant une construction mixte semi-enterrée. Les murs enterrés sont construit en béton (pour sa résistance à la pression des terres) et isolés avec du polyuréthane. Une partie hors sol est en blocs de terre cuite alvéolés avec un isolant de liège et une autre partie en ossature bois avec un isolant de cellulose. Soucieux de l’impact des matériaux de construction sur la santé, ils ont bien entendu opté pour des matériaux écologiques le plus souvent possible (revêtements de sols, peintures, enduits...).

Mais à refaire, Françoise s’y prendrait sans doute autrement…

Si vous avez l’occasion de visiter des maisons de particuliers lors de portes ouvertes, vous entendrez souvent ce type de phrase : « Si c’était à refaire, je m’y prendrais autrement  ». Le stress des travaux, le manque d’informations, l’empressement de terminer le chantier, un budget trop serré ou mal réfléchi nous amènent parfois à faire des choix que l’on regrette plus tard. Même si Françoise Jadoul baignait déjà à l’époque dans l’éco-construction de par son métier, elle n’a pas été assez vigilante. Aujourd’hui, dans son cas de figure, elle opterait plutôt pour une construction sur pilotis et en paille. Les pilotis, pour éviter de creuser un trou béant dans la terre qui laissera à coup sûr une blessure profonde dans le paysage (avec une grosse dalle en béton en prime), et la construction paille pour sa simplicité. Plusieurs techniques de maison paille existent.

Entourez-vous des bonnes personnes !

Si Françoise a bien un conseil à donner aux futurs rénovateurs ou constructeurs, c’est de prendre le temps de bien réfléchir à la maison qu’ils désirent « vraiment ». Entourez-vous des professionnels qui sont dans la même philosophie que vous. Il n’y a pas qu’une seule façon de concevoir son habitat.

Françoise explique :

Je pense qu’il faut prendre son bâton de pèlerin et aller visiter des réalisations pour se baser sur d’autres expériences, avec différentes techniques, pour voir ce que les maîtres d’ouvrage en retirent : les avantages comme les inconvénients. Et essayer de trouver des personnes qui sont dans la même mouvance que vous, qui ont le même type de valeurs et de préoccupations, qui ont une vision globale de ce qu’est un habitat durable. Par exemple, certaines personnes mettent surtout l’accent dans leur projet sur les gains énergétiques et oublient de prendre en compte l’impact des matériaux sur la santé ou leur origine (locale ou non par exemple).

Le mot d’ordre aujourd’hui est de construire "passif" et de rendre les maisons de plus en plus "technologiques" pour optimiser leur performance énergétique. Mais il importe de se poser la question si l’on est prêt à vivre dans ce type de maison. Une maison passive ne se vit pas comme un habitat traditionnel et implique une gestion consciencieuse des techniques spéciales. Françoise préfère la simplicité. Selon elle, on va parfois trop loin dans un sens, sans prendre en compte les aspects humains.

Bien réfléchir son habitat

Pour Françoise, une maison basse énergie bien conçue n’a logiquement pas besoin d’un système de chauffage important (chauffage central, chauffage par le sol, etc.). Sinon, c’est qu’elle n’a pas été bien réfléchie.

Avant de voir comment on va chauffer la maison, il faut donc se demander comment ne « pas » la chauffer. Cela se fait en prenant en compte plusieurs facteurs : l’orientation par rapport au soleil, la disposition des arbres ou des bâtiments autour de la maison, le choix des matériaux, etc.

Dans sa maison, elle dispose d’un poêle de masse et consomme quatre stères de bois par an. Elle a aussi choisi des briques de terre crue pour les murs intérieurs et des carreaux de terre cuite au sol. Ces matériaux lourds emmagasinent la chaleur des rayons du soleil et la restituent naturellement en fin de journée quand il fait plus frais, évitant ainsi les surchauffes aux heures les plus chaudes de l’été.

Et elle ajoute :

Je suis contente d’avoir une maison basse énergie, dans laquelle l’habitant peut intervenir pour choisir sa température, son taux de ventilation, tout en étant conscient qu’il faut faire des économies d’énergie et veiller à la qualité de l’air intérieur sans toujours devoir nécessairement compter sur des systèmes qui réfléchissent et font le travail à votre place. Systèmes qu’il faut en plus entretenir régulièrement, dont il faut changer les filtres, etc. Et souvent, l’habitant n’est, selon moi, pas assez consciencieux (ou trop distrait) pour réaliser ces entretiens à heure et à temps.
Construire de façon éco-responsable pourrait être accessible à tout le monde, à condition de...

« Personnellement, je plaide pour plus de simplicité  », explique Françoise :

j’ai entendu dire un jour par un architecte que les trois matériaux de base en éco-construction sont : la paille, la terre et le bois. Parce que ce sont des matériaux qui sont très peu transformés par rapport à leur état naturel. Ensuite, il y a les matériaux écologiques "secondaires" (plus transformés), que sont les panneaux de plâtre naturel, les isolants en cellulose de papier, ou en laine de bois, etc. : on ne les trouve pas tels quels dans la nature. Les matériaux synthétiques, comme les isolants en polystyrène, sont les plus transformés.

Le budget est bien évidemment un facteur important et il implique parfois le choix d’un système constructif plutôt qu’un autre. Mais, pour Françoise, il est toujours possible de construire de façon éco-responsable sans augmenter le budget (par exemple, en construisant moins grand, en diminuant les coûts de la main d’œuvre via des chantiers participatifs, etc.). Après tout : le bois, la paille et la terre ne coûtent pas nécessairement plus cher que la brique et le béton.

Pour aller plus loin...

- N’oubliez pas de vous inscrire pour visiter une maison lors des portes ouvertes Écobâtisseurs. Attention : les inscriptions pour les visites sont clôturées 24h avant les visites. Vous pouvez encore vous inscrire aux visites des 9, 10 et 11 novembre !
- Nature & Progrès propose une vision de l’ecobioconstruction (définition, charte, grille d’évaluation, etc.).
- Documentation sur la construction en bottes de paille.
- Construction préfabriquée en paille en Belgique : Paille-Tech
- site de Andre de Bouter expert et auteur de plusieurs ouvrages sur la paille.

Maison Françoise


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos connaissances


Dans la même rubrique :
Remplacer ses châssis !?
10 à 15 % des pertes de chaleur au sein d’une maison mitoyenne non isolée se produisent à travers les fenêtres. Après le toit et les murs, c’est donc un poste (...)
Etanchéité... à l’ère de l’habitat durable
Le samedi 12 octobre dernier, la maison de l’habitat durable à Charleroi a eu l’honneur de faire venir André Baivier de la société Isoproc pour un atelier (...)
Carnet d’un chantier : la mhd de la rue de Marcinelle a un toit
Il y a un an, le Ministre du Logement posait la première pierre de la maison de l’habitat durable au n° 18 de la rue de Marcinelle à Charleroi. L’immeuble en (...)
Nos prochaines activités
- La terre dans la construction et la rénovation jeudi 7/11/2013 de 12h à 13h30 pour les pro - Pollution intérieure dans les logements jeudi 7/11/2013 de 18h (...)
Portes ouvertes ou fermées, il y en a pour tous les goûts !
Dans le cadre des Portes Ouvertes Écobâtisseurs, organisées par Ecoconso, la maison de l’habitat durable a eu l’occasion de rendre visite à Françoise Jadoul (...)
Une Maison de l’Habitat Durable chez nos voisins français
Le mardi 15 octobre dernier, la Maison de l’Habitat Durable Lille métropole ouvrait ses portes. La Ville de Lille a restauré un hangar industriel du 19e (...)
Focus sur... un panneau d’isolation acoustique bien de chez nous
Pan-Terre, qui fait partie du Groupe Terre [2], est une société anonyme belge à finalité sociale (SAFS), agréée en tant qu’Entreprise d’Insertion par la Wallonie. (...)